La mélodie des détails

Le papier était blanc, plié en quatre. Quand je le sortis de son enveloppe pour en découvrir le message dissimulé, j’ignorais que cet exercice me plairait autant. Imitant le style d’Alice et de son pays des merveilles, il disait d’une si complexe simplicité : raconte moi les détails, oublions l’essentiel.

J’ai voulu structurer, harmoniser, imaginer quelque chose de joli, mais l’idée tardait à venir. Alors, pour repousser le complexe de la page blanche, j’ai listé simplement tout ces détails que je me suis surprise à avoir gardé. 

Tu étais en retard. 15 minutes je crois.
Tu m’as dit que tu ne portais pas de montre, qu’elle était cassée.
Tu sentais le savon blanc, je me suis surprise à aimer cela.
Tu avais une tâche sur ta manche, du café je crois.

Tu parlais d’une voix posée, calme, grave, enfumée.
Tu as souri, beaucoup. Tu as croisé tes jambes, deux fois.
Tu t’es assis au milieu du canapé.
Tu as bu du vin. Rouge.
Une bouteille que tu as ramenée. Un château qu’on t’avait recommandé.
Tu n’aimes pas le champagne. Tu l’as amené pour moi.

Plus tard, tu as réclamé un troisième café. Un réflexe plus qu’une drogue d’après toi.
Tu n’as rien mangé. Tu as beaucoup fumé.
Tes doigts sont longs. Plus que les miens.
Tes yeux se ferment quand tu souris. Ton sourire est à se damner.

Tes épaules sont larges. Plus que les miennes. (Un détail qui n’en est pas)
Ta main gauche porte une cicatrice à la genèse de ton pouce.
Tes doigts sont rongés. Cela m’a amusée.
Tu parles doucement. Tu écoutes patiemment.

Tu étais calme face au silence. Etrangement, moi aussi.
Tu es arrivé quand il faisait nuit.
Le soleil brillait quand je t’ai raccompagné.
Il faisait frais. Pas assez pour faire un feu dans la cheminée.

La musique a doucement bourdonné.
Tu as souri quand Joe Jackson a fredonné.
C’est à Londres que tu es allé l’écouter.
Tu avais 19 ans, c’était ton premier voyage à l’étranger.

A mon tour, j’ai plié en quatre ma feuille griffonnée et puis je lui ai donné. Je ne voulais pas qu’il la lise devant moi. Je crois que j’ai bien fait.

Quelques jours plus tard, il m’envoya un mail qui commencait pas ses mots : « Les détails sont essentiels. Les détails sont l’essentiel. Comme un silence plus bavard que tous les mots. ».
Et puis, il m’a parlé de mon Avatar… mais cela, c’est une autre histoire !

femmes_detail

Copyright : Nicole Charpentier

Publicités

A propos flocva

Ce blog, c'est un peu comme le sac à main d'une femme : c'est le bordel, c'est rouge ou c'est vert et puis parfois un peu noir aussi un peu come la vie, on y trouve de tout, ce qu'on cherche ou ce que l'on ne trouvait pas, c'est anecdotique et parfois drôle, plein de souvenirs ou de miettes, de clés de voiture ou de vieilles photos, c'est plein de questions, plein d'avis sur la question, plein d'humeurs... Et puis c'est plein de gens comme toi qui passent et qui reviendront ou pas, qui s'exprimeront ou pas, un instant dans une vie de celle qui te confirme que Non, elle n'est pas Wonder Woman ! Bonne lecture... ;)
Cet article, publié dans In my dreams, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour La mélodie des détails

  1. dita dit :

    tu étais merveilleusement avec lui pour avoir noté tout cela.
    c’est beau cette liste

  2. quadramatique dit :

    Vous devez travailler pour la CIA pour être aussi attentive aux détails, Wonderflo 🙂

    Je vous taquine, Dita a raison. C’est émouvant, cette liste. J’aimerais bien qu’une femme me regarde avec autant d’attention! Bisous 🙂

    • flocva dit :

      Agent Flo au rapport !
      Pour être honnête, c’est la plus jolie manière que j’ai trouvé pour illustrer mon côté Rain Man : il y avait 463 allumettes, 463, 463, 463 allumettes 😉 Comme quoi même une approche un peu trop analytique de la vie peut aussi avoir quelques douces vertus… Bizz

  3. Jef dit :

    Il semble toujours y avoir tellement d’autres choses derrière chacun de vos textes, c’est perturbant. Moi aussi j’aimerais que l’on le regarde de la sorte. Je crois comme chacun d’entre nous en fait. Il sait qu’il a de la chance…?! 😉

    • flocva dit :

      Il y a toujours autre chose, chez moi comme chez les autres. L’inspiration vient forcément de quelque part… Et vous avez raison, moi aussi j’aimerais bien que l’on me regarde ainsi, avec autant d’attention ! 😉

  4. STV. dit :

    Je ne suis absolument pas observateur (c’est un constat, je ne suis toujours pas décidé à dire que c’est un défaut – étrangement :))
    Je serais bien incapable de réaliser pareil exercice.

  5. philachev dit :

    C’est à la fois gai, beau, puéril et triste, c’est mélancolique, c’est la face cachée de Flo, rêveuse sentimentale?
    Adjudant au rapport!
    Alors le rapport est détaillé, précis, méticuleux, le rapport est couverture?

    • flocva dit :

      Je n’ai nul besoin de couverture mon bon Phil, au mieux une couette avec les températures du moment…
      Ce texte n’est rien d’autre que des mots, ne cherche pas à y voir ou y comprendre plus qu’il n’y a. Précise, méticuleuse, puérile, triste, mélancolique, gaie…je suis tout cela sans doute, mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui m’importe plutôt c’est d’évoquer tout ces détails que nous sommes le plus souvent condamnés à oublier avec le temps. Trop vite parfois, et pourtant qui donne son caractère unique à chaque moment, chaque instant partagé ou pas d’une vie, la tienne, la mienne… Bref, continuer à faire attention, prendre soin, observer, s’intéresser dans un monde où le nombril devient religion, c’est cela mon sujet et pas un autre. L’exemple choisi n’est que « détail » finalement, peut-être même que je l’ai imaginé, qui sait ! La nature a été bienveillante avec moi et je me souviens de beaucoup « trop » de choses de manière générale, il faut prendre le temps d’archiver, ce qui est le plus compliqué. Mais quand on n’a pas cette chance, il faut savoir se faire une croix sur la main, pour non pas se souvenir des jolies choses, mais plutôt apprécier, déguster, savourer… Alors, un petit rien devient un grand tout ! Voilà Philou, je ne suis qu’une adjudante rêveuse finalement…juste cela 😉 Bizz

      • philachev dit :

        Une « adjudante rêveuse », mais tu es un très mauvais soldat alors!
        Bizzz

      • flocva dit :

        Pour tout te dire, je suis une snipeuse ! Entre deux tirs, t’as bien le droit de rêvasser…au moins un peu. Cela aide pour retrouver sa concentration 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s